Troisième Reich

Les forces armées du «Troisième Reich» l’emportent sur tous les fronts. L’Europe continentale est à genoux. Les troupes allemandes progressent rapidement en Urss qui ne tient encore que grâce à l’immensité de son territoire. La Wehrmacht a même installé une tête de pont en Angleterre. Les nazis vont triompher.

Adolf Hitler n’aurait pas rêvé d’une victoire aussi rapide. Mais ce n’est pas lui le stratège et les lignes de front ne sont pas réelles. Elles apparaissent sur le «tableau» d’un «wargame» autour duquel Udo Berger, champion d’Allemagne des jeux de guerre, affronte « Le Brûlé » un étrange personnage, néophyte en la matière, et qui doit son surnom aux brûlures qui l’ont défiguré. Pour le jeune Allemand, qui sur le tableau conduit les forces de l’Axe, la partie tourne peu à peu au cauchemar.

« Le Troisième Reich » de Roberto Bolaño, expose ce glissement progressif dans le cauchemar. Ecrit en 1989, quatre ans avant la mort de l’écrivain, le livre était resté longtemps inédit, même si Roberto Bolaño y avait apporté les corrections en vue de sa publication.

Le roman se présente sous la forme du journal que tient Udo pendant ses vacances sur la Costa Brava en compagnie de son amie Ingeborg.

Udo, qui enfant passait des vacances en famille au même endroit, compte profiter de son temps libre pour écrire un article sur un jeu de guerre, « Le Troisième Reich », dont il est persuadé d’avoir trouvé la clef pour que l’Allemagne l’emporte face à n’importe quel adversaire.

Imaginaire et réalité

Mais la rencontre avec un autre couple de vacanciers allemands, Charly et Hanna, perturbe son projet tandis que de mystérieux personnages rodent autour des quatre jeunes gens et exercent sur eux un attrait pervers. « Le Loup » et « L’Agneau », deux ouvriers espagnols, les entraînent dans des soirées qui se terminent par des scandales. Udo est fasciné par l’énigmatique « Brûlé », un Latino-américain qui aurait été torturé par d’anciens nazis et succombe au charme désuet de Frau Else, la patronne de l’hôtel, qui avait déjà troublé son adolescence.

Tout bascule lorsque Charly, amateur de planche à voile, disparait en mer. Est-ce un meurtre ? Un suicide ? Un accident ? Ingeborg et Hanna rentrent en Allemagne. Resté seul avec ses démons intérieurs, ses rêves atroces ou prémonitoires, Udo engage alors une interminable partie de « Troisième Reich » contre « Le Brûlé» et s’obstine à la mener jusqu’au bout même si, petit à petit, le « tableau » du « wargame » n’est plus que le reflet de la réalité historique alors que la défaite nazie devient inévitable.

Dans « Troisième Reich » Roberto Bolaño brouille les frontières entre imaginaire et réalité. Udo Berger est submergé par les fantasmes, les désirs refoulés, les hallucinations. Les rêves prennent le pas sur la réalité au fur et à mesure qu’augmentent son malaise et son angoisse.

Un malaise et une angoisse que le lecteur partage de bout en bout.

Le Troisième Reich. Roberto Bolano. Christian Bourgois.

This entry was posted in Critique, Romans and tagged , , , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.